Suite à la lecture de La Magie du rangement de Marie Kondo, j'ai décidé de tester sa méthode de rangement sur ma bibliothèque. 

Petite piqûre de rappel, la méthode Konmari consiste à commencer par trier et jeter avant de ranger. Marie Kondo préconise de travailler par catégorie d'objets et non par pièce comme c'est souvent le cas. Le principe est relativement simple : étaler devant soi tous les éléments d'une catégorie et, ensuite, prendre chaque pièce en main pour savoir si elle provoque ou non une émotion positive en vous. Si ce n'est pas le cas, l'auteur affirme qu'il faut se débarrasser de l'objet en question. 

Dans mon cas, j'ai sorti tous mes livres de la bibliothèque... Mais aussi de la cuisine, de la chambre... Bref de toute la maison. C'est à ce moment que la méthode Konmari prend tout son sens : on se rend réellement compte du volume d'objets possédés. Dans ce cas, il s'agissait de livres... Mais je n'ose imaginer le résultat pour d'autres catégories d'objets ! Cette étape permet, à mon sens, une vraie remise en cause de sa manière de consommer. 

J'ai ensuite pris chaque livre en mains. Je n'ai pas poussé le vice jusqu'à le remercier d'être là, en l'écoutant me dire si oui ou non, il me procurait du bonheur... Je suis beaucoup trop cartésienne pour cela ! J'ai donc opté pour une méthode de tri plus terre-à-terre et j'ai choisi de garder :

  • les ouvrages que j'avais particulièrement aimé lire et qui, à mes yeux, avaient une certaine "valeur" (Cela va des Voleurs de beauté de Bruckner, à L'Alchimiste de Coelho en passant par La Plage d'Ostende d'Harpman et Bonjour tristesse de Sagan... Des livres que j'ai envie de "voir" dans ma bibliothèque ou même de relire un jour) ;
  • les bandes dessinées... Notamment parce que je pense qu'elles plairont bientôt à ma fille. Si ce n'est pas le cas, il sera encore temps de m'en débarrasser ;
  • les dictionnaires et autres livres "didactiques" parce que je pense qu'ils seront encore utiles ;
  • de nombreux livres de cuisine que nous utilisons fréquemment. 

Je me suis débarrassée d'une cinquantaine d'ouvrages divers : romans, "beaux livres", "ouvrages pratiques", bouquins dédicacés jamais ouverts...  En terme de place, j'ai gagné l'équivalent d'une planche et demie. Ce qui m'a permis de rassembler les livres stockés ailleurs dans la maison à cet endroit (Notamment nos livres de cuisine).  Et, par effet boomerang, j'ai libéré de l'espace dans la cuisine. J'ai également évacué du meuble des objets qui n'avaient rien à y faire : allumettes, bougies, cartes de voeux, timbres, lampe de poche, matériel informatique...

L'expérience est positive. Je retiens essentiellement de la méthode Konmari l'importance de travailler par catégorie d'objets qui permet de faire le point sur ce que l'on possède réellement. 

Ce billet participe au rendez-vous Zenopia et Sysy font du tri. Vous trouverez d'autre articles chez Sysy in the city.