Dans un précédent billet sur le Feng Shui dans la cuisine, je vous conseillais d'éviter les mauvaises odeurs dans cette pièce. C'est un principe général du Feng Shui : aérer, éviter la saleté et les odeurs dérangeantes. Personnellement, j'utilise régulièrement du papier d'Arménie pour purifier l'atmosphère de la maison.   

À la fin du XIXe siècle, le chimiste français, Auguste Ponsot, découvre que les Arméniens font brûler du benjoin, une résine issue d'un arbre poussant dans les forêts d'Extrême-Orient, pour parfumer et désinfecter leurs maisons. Il décide de ramener cette pratique en France et il l'adapte en transformant le procédé jusqu'à obtenir des feuilles de papier d'Arménie : un papier buvard traité qui à la particularité de se consummer sans flamme. Le papier d'Arménie est fabriqué de façon artisanale à Montrouge, dans la banlieue parisienne. Le traitement complet de la résine dure plusieurs mois.  

Le papier d'Arménie se présente sous la forme de petits carnets avec des languettes de feuilles détachables. Il faut plier chaque languette, une à la fois, en accordéon avant de la brûler et de la laisser se consummer. L'odeur dégagée est caractéristique. Elle purifie l'air ambiant et neutralise les mauvaises odeurs. C'est également un anti-mites.  

Source

Comme tous les désodorisants pour la maison, le papier d'Arménie dégage des substances chimiques. C'est aspect est encore renforcé par la combustion. Néanmoins, le papier d'Arménie est, dans l'ensemble, nettement moins nocif pour la santé que d'autres parfums d'intérieur (encens, bougies parfumées...). Le mieux étant d'aérer fréquemment son habitation et d'utiliser ce genre de produit avec parcimonie surtout si vous êtes sujets aux allergies ou à l'asthme.